LES SUJETS

La politique environnementale doit être mise en œuvre sur l'agenda des politiciens

La politique environnementale doit être mise en œuvre sur l'agenda des politiciens


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Cristian Frers *

L'insertion internationale croissante des économies, la nécessité de rivaliser sur les marchés mondialisés, le retard technologique, le manque de centres endogènes de science et de technologie, le manque de ressources humaines qualifiées et, surtout, la nécessité d'un développement économique et social accéléré, qui servent les objectifs de surmonter le sous-développement, ont conduit la CEPALC (Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes) à concevoir des propositions innovantes. Et c'est précisément ce cadre de propositions de transformation productive qui inspire le développement des politiques environnementales nécessaires pour faire face avec succès aux problèmes de plus en plus nombreux et croissants de la région sud-américaine sur cette question. La conviction que la question politique est en grande partie un problème écologique a été de plus en plus acceptée ces dernières années.

Une grande partie du problème de la détérioration de l'environnement en Argentine est due à la conviction que les ressources naturelles sont illimitées et invulnérables, à l'absence d'une politique adéquate, au manque de coordination dans l'application des normes et à l'insuffisance de l'information et de la sensibilisation du public sur les la protection de la nature et la portée des systèmes de protection.

Dans le pays, comme dans d'autres régions, une politique active de préservation de la qualité de l'environnement doit être mise en place. Déjà Manuel Belgrano, depuis 1795, et Hipólito Vieytes, depuis 1802, dénonçaient ce que nous connaissons aujourd'hui comme un dommage écologique et prônaient un développement agricole et industriel désormais classé comme durable ou durable. Comme l’établit l’article 41 de la Constitution nationale et diverses dispositions des constitutions provinciales, la préservation de la qualité de l’environnement doit être une politique de l’État dans notre pays et, en tant que telle, doit être abordée. S'il faut admettre qu'il y a et qu'il y aura toujours une contamination, il est très important d'établir, au cas par cas, quelles sont les limites reconnues et acceptables en matière de contamination.

Le problème de gestion dépend avant tout des politiciens, qui ne sont pas différents du reste de la société. Les politiciens, comme le reste des êtres humains, ont un comportement un peu prévoyant. Combien d'entre nous portent la ceinture de sécurité dans les voitures par peur des amendes et non comme mesure de prévention des accidents? Dans l'état actuel des connaissances, des mesures pourraient être prises pour éviter de nombreux problèmes. Cependant, dans de nombreuses occasions, des décisions sont prises qui ne sont pas contre les connaissances scientifiques, mais même contre le bon sens.

L'élaboration d'une politique environnementale municipale répond à des besoins importants pour tous les secteurs de la vie locale. Elle demande que chaque secteur de la communauté fasse un équilibre environnemental sur le processus historique de développement régional. Elle nécessite également un diagnostic actualisé, définissant comment cette réalité environnementale est aujourd'hui affectée par son environnement économique, social, culturel, institutionnel, national et international. Chaque région montre une réalité environnementale spécifique, dans ses ressources naturelles et son potentiel, dans la diversité et l'ampleur des problèmes auxquels elle doit faire face, dans les capacités et les engagements de ses institutions et de la population, entre autres.

De même, cette politique oblige chaque secteur de la communauté régionale à revoir ses défis futurs et à les prioriser, à fixer des délais pour leur réalisation, à définir les ressources nécessaires et les responsabilités qui correspondent à chaque secteur, qu'il soit public, privé, académique et syndical, tel car il indique également les tâches qui nécessitent la participation de divers acteurs de la région. La politique vise à rendre le processus de développement écologiquement durable, garantissant le droit de vivre dans un environnement sans pollution, la protection de l'environnement, la préservation de la nature et la conservation du patrimoine environnemental. Son objectif ultime est d'améliorer la qualité de vie de tous les habitants et des générations futures.

C'est pourquoi je crois fermement que la municipalité de la ville de Carmen de Areco - Province de Buenos Aires devrait donner naissance à un secrétaire ou direction du développement durable pour planifier: L'évaluation des projets à développer dans la municipalité, pour déterminer quels d'entre eux ont des effets sur l'environnement ou sur la santé de la population et cela garantit la participation des voisins aux consultations sur lesdits projets conformément aux lois et, en plus, de former des techniciens et des professionnels sur les questions liées à la gestion environnementale. Ce secrétaire ou direction agirait en tant qu'autorité chargée de l'application de la loi en ce qui concerne les problèmes environnementaux et serait le générateur d'ordonnances municipales concernant la gestion, l'utilisation et l'assainissement de l'eau, la mise en œuvre et la gestion de l'éducation environnementale, entre autres. Cependant, de 2005 à ce jour, mes propositions et mes plaintes ont fait la sourde oreille aux politiciens et aux autorités municipales ... Pourquoi? ... Je ne sais pas.

L'environnement a également besoin de politiques, d'initiatives et de programmes qui couvrent les défis auxquels le pays et le monde sont aujourd'hui confrontés. Mais en Argentine, cela devient un problème de plus dans une longue liste de promesses. C'est une décision de l'ensemble de la direction de renoncer aux problèmes sous-jacents. Il est peut-être temps pour nous tous d’inscrire les questions environnementales à notre ordre du jour.

Notre génération fait face à la plus extraordinaire opportunité de grandeur qu'aucune autre génération de l'histoire humaine n'a jamais eue. Si nous ne changeons pas notre cap et que nous nous arrêtons simplement pour laisser la planète s'effondrer, nous serons détestés plus que toute autre génération qui ait jamais existé. Les générations futures sauront que nous étions conscients de la dangereuse explosion démographique de notre espèce, de la perte de biodiversité, du réchauffement climatique, de la pollution des mers, de l'air et de la terre, de l'amincissement de la couche d'ozone. Vous verrez que nous avions plus que suffisamment d'informations pour comprendre que les problèmes que nous avions provoqués nécessitaient des solutions: et vous verrez tout aussi clairement que nous n'avons pas agi assez fortement pour sauver la Nature. Et ils nous détesteront parce que nous aurons troqué notre confort contre leur avenir.

* Technicien senior en gestion environnementale et technicien senior en communication sociale (journaliste)


Vidéo: Male gaze, ce que voient les hommes 12 (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Khaldun

    pensée merveilleusement, très divertissante

  2. Tu

    Je crois que tu as eu tort. Nous devons discuter. Écrivez-moi dans PM.

  3. Dacey

    En elle quelque chose est. Maintenant tout est clair, merci pour l'information.

  4. Dickran

    ahahahahhh this is cool .. neighing wonderfully

  5. Bentleah

    Permettez-moi de cela.

  6. Gozuru

    Cette version est devenue obsolète



Écrire un message